Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 06:57

Nous vivons actuellement un phénomène comparable à celui de 2008. Le produit est différent:ce n'est pas les"surprime" mais la dette des états.

En 2008 ce n'est pas Lehmann-Brothers qui a déclenche la crise financière. De même actuellement ce n'est pas DEXIA et implication dans la dette grecque qui en est le déclencheur,mais LA DETTE DES ETATS DE LA ZONE EURO.

Actuellement la dette détenue par une banque se situe à environ 50.% de sa valeur initiale.Les chefs d'états ne font que constater cette réalité.La dette italienne pert progressivement de sa valeur  et entraîne la valeur des dettes des autres pays fragiles comme LA FRANCE. C'est cette contamination qui est l'objet des discussions actuelles au niveau de la zone euro et probablement le sera au prochain G20.Pour la zone 2 théories s'affrontent. Celle de LA FRANCE qui souhaite les mutualiser et celle de l'Allemagne qui refuse cette approche. En effet c'est le contribuable qui en ferait les frais. Pour le moment nous ne connaissons pas la décisions finale. Mais nous pouvons dire que les CONTRIBUABLES devront une nouvelle fois mettre la main au porte-monnaie pour éviter une catastrophes financières dont LES CHEFS D'ÉTAT SONT RESPONSABLES. Les besoins de recapitulisation des banques de la zone euro se situent vers 110 milliards d'euros . Ce chiffre comprend les 46 milliards promis à la Gréce,l'Irlande et le Portugal. Les banques italiennes et française aurait un besoin voisin de 50 milliards d'euro. Les CONTRIBUABLES devront une nouvelle fois payer via l'état. Pour nous français cela pourrait se traduire par la perte de AAA+. Nous comprenons ainsi pourquoi N.S. pèse de tout son poids  pour mutualiser les dettes d'état.

Partager cet article

Repost 0
Published by moulin - dans Informations
commenter cet article

commentaires